Fable III

Aujourd’hui je ne parlerais ni de cinéma ni de Wow mais de Xbox, ce qui est une première sur ce blog. Et plus exactement de Fable III, sorti le 29 octobre dernier sur Xbox 360 et PC. Je n’ai jamais joué au premier du nom et je n’ai jamais fini le II car le gameplay me sortait par les yeux mais la bande annonce de celui-ci m’avait vraiment donné envie et je me suis promis d’en venir à bout.

Histoire : Toujours dans le royaume de l’Albion, pendant l’ère industrielle, Bowerstone est au proie d’un vrai tyran et le peuple souffre. Il leur faut une révolution mais pour cela il faut un meneur. On choisit donc d’être le frère de la reine ou la soeur du roi et notre but sera de recruter des personnes qui nous aideront à renverser le tyran.

Le jeu : Le jeu se découpe en 2 partie : une première où l’on est en exil et on voyage à travers l’Albion pour trouver l’aide si précieuse à notre mission et la deuxième partie, le tyran a été renversé et notre personnage a pris sa place et nous devons relever le peuple et le préparer à une attaque qui risque de détruire l’Albion.Contrairement a l’opus précédent, on est dans la peau d’un personnage royal mais pour peu de temps car on est vite obligés de fuir le palais et de se mettre en route. Cette première partie du jeu est la plus aboutie à mon goût. On voyage de villages en villages pour rencontrer des peuples en passant des gitans, aux soldats du roi ou encore aux villageois lambda. A chaque fois, on doit les aider à résoudre un certains nombres de leur problème et par la suite ils acceptent de nous aider en échange d’une promesse qu’on est censé tenir lorsque l’on sera sur le trône. Bien évidement et fidèle à lui-même, le jeu nous permet de réaliser des actions diverses et variées, on doit bien sûr toujours effectuer des choix qui influeront sur notre popularité, on peut acheter des maison, les louer, les vendre, se marier, divorcer, avoir des enfants, faire différents métiers pour gagner des pièces d’or et en dehors de notre quête principal, on trouvera toujours d’autres quêtes annexes.L’autre point important du jeu, et signe de notre avancée, les sceaux de guildes. On les obtient en réalisant des quêtes, en tuant des mobs ou en faisant certaines actions avec les PNJ. Quand on en a un certain nombre et à certains moments, on se retrouve sur un chemin avec des portails et des coffres. Chaque coffres augmente la force de nos coups (masse ou épée), la force de nos sorts ou la portée de notre arme à feu. Mais ils servent également à apprendre de nouvelles actions (danser, flirter ou encore péter).Dernier point des plus importants (quand même), nous sommes un héros et donc il nous faut un sanctuaire. En appuyant sur Start, on s’y retrouve et de là on peut gérer nos tenus, choisir nos armes et accéder à la map pour se rendre d’un point à un autre. Très pratique.

Maniabilité, difficulté et durée de vie : La très grosse différence avec Fable II, et c’est ça qui m’avait fait arrêté, c’est la maniabilité : dans le 2 la gestion des sorts était complètement merdique, il fallait faire des combinaisons de touche que je ne me rappelais jamais et du coup je restais très limité dans mes sorts. Ici pas besoin de se compliqué la vie, on appuie sur B pour lancer un sort, si on appuie plus longtemps il est plus puissant et si on appuie B et qu’on bouge le stick le sort n’est pas un sort de zone mais est redirigé vers le mobs. Pour l’arme à feu on appuie sur Y et avec LT on cible un mobs en particulier. Enfin pour taper avec sa masse ou son épée on appuie sur X. 2ème point qui m’avais contrariée dans le 2, la gestion de l’amélioration des sorts, il fallait récolter des petites boules de couleurs bleues, vertes ou rouges (en tuant les mobs) et les utiliser habilement pour améliorer telles ou telles capacités mais le menu était très mal foutu alors que ici comme j’en ai parlé, on ouvre un coffre avec les sceaux et c’est réglé. Par contre il y a une chose extrêmement énervante pendant les combats qui est en plus impossible de désactiver, les ralentis pendant les combats. A certains moments, l’image se ralentit pour montrer la puissance de notre coup sauf que ça dure un siècle, les mobs continuent de nous taper dessus et on peut rien faire à part attendre.Pour la difficulté, on ne peut pas dire qu’elle soit très présente, alors certes on peut mourir plusieurs fois mais cela n’a aucune importance puisqu’on ressuscite instantanément et on reprend le combat où on en était. Les quêtes ne sont pas très dures et du coup le jeu se finit assez vite (j’ai mis moins de 10h). Dernier gros point négatif à mes yeux, la seconde partie de l’histoire. On est sur le trône et on a 1 an pour gérer le royaume convenablement avant la grosse attaque. Cette année passe beaucoup trop vite et l’attaque est limite pitoyable, on reste sur notre faim et c’est vraiment dommage que ça n’ai pas été plus développé.

En conclusion : Fable III est vraiment un très beau jeu visuellement et l’histoire est passionnante, le gameplay franchement améliorée mais une durée de vie plus longue n’aurait été pas de refus et peut-être différents mode de difficulté.

3 commentaires pour “Fable III”

  1. Très bel article qui résume assez bien le jeu. Par contre si Fable III gagne par rapport au II, le premier opus reste le meilleur. Je trouve dommage que pour un monde semi-industriel et magique la diversité des sorts ne soit pas au rendez-vous. J’ai testé rapidement et déçu par la première action. Choisir sa copine ou les villageois…. en bon macho et « juste pour voir » s’il y a une réelle incidence sur le jeu, j’ai choisi la copine… et rien. Je perd en popularité mais la copine disparait dans les deux cas de la circulation.Dans le premier volet, le style cartoon/humour des design m’avait bien plus, mais à trop vouloir faire réaliste on en oublie le coté sympa du garde qui a les épaules deux fois plus large que la ceinture.En plus, on peut sauter des hauteur monstre quand le jeu nous y autorise, mais on peut pas grimper un parapet de 1.5m à la con pour choper une clé. Il manque de beaucoup de logique ce jeu…

  2. Très bel article qui résume assez bien le jeu. Par contre si Fable III gagne par rapport au II, le premier opus reste le meilleur. Je trouve dommage que pour un monde semi-industriel et magique la diversité des sorts ne soit pas au rendez-vous. J’ai testé rapidement et déçu par la première action. Choisir sa copine ou les villageois…. en bon macho et « juste pour voir » s’il y a une réelle incidence sur le jeu, j’ai choisi la copine… et rien. Je perd en popularité mais la copine disparait dans les deux cas de la circulation.Dans le premier volet, le style cartoon/humour des design m’avait bien plus, mais à trop vouloir faire réaliste on en oublie le coté sympa du garde qui a les épaules deux fois plus large que la ceinture.En plus, on peut sauter des hauteur monstre quand le jeu nous y autorise, mais on peut pas grimper un parapet de 1.5m à la con pour choper une clé. Il manque de beaucoup de logique ce jeu…

  3. Très bel article qui résume assez bien le jeu. Par contre si Fable III gagne par rapport au II, le premier opus reste le meilleur. Je trouve dommage que pour un monde semi-industriel et magique la diversité des sorts ne soit pas au rendez-vous. J’ai testé rapidement et déçu par la première action. Choisir sa copine ou les villageois…. en bon macho et « juste pour voir » s’il y a une réelle incidence sur le jeu, j’ai choisi la copine… et rien. Je perd en popularité mais la copine disparait dans les deux cas de la circulation.Dans le premier volet, le style cartoon/humour des design m’avait bien plus, mais à trop vouloir faire réaliste on en oublie le coté sympa du garde qui a les épaules deux fois plus large que la ceinture.En plus, on peut sauter des hauteur monstre quand le jeu nous y autorise, mais on peut pas grimper un parapet de 1.5m à la con pour choper une clé. Il manque de beaucoup de logique ce jeu…

Laissez un commentaire