Making a Murderer

508864.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Année : 2015
Saison : 1
Nombre d’épisodes : 10
Format : 1h environ

Making a Murderer c’est le dernier bébé de Netflix. C’est une série mais c’est surtout un documentaire. Exactement à la façon d’une série, avec 10 épisodes, on suit l’histoire de Steven Avery, un homme arrêté en 1985 pour viol puis innocenté et relâché 18 ans plus tard pour enfin être de nouveau accusé cette fois-ci de meurtre. Le premier épisode présente les différents protagonistes et parle surtout de la première incarcération de Steven. La suite sera uniquement basée sur l’histoire du meurtre avec les différentes procès et la longue incarcération qui est toujours d’actualité.

Pari réussi ? Oui et haut la main. Le suspens est à son comble tout le long des 10 épisodes. Tout est amené de façon à ce qu’on soit à littéralement happé par l’histoire de Steven. Même si les épisodes peuvent paraître lents, on suit chaque instant avec attention, chaque nouvelles révélations donnent envie de connaître la suite. Même si c’est clairement un documentaire porté sur le monde du droit, nous ne sommes jamais perdus et le cheminement de l’affaire reste limpide.

La série montre vraiment les failles de cette histoire et est vraiment tournée sur le principe que Steven est innocent et que tout a été monté de toutes pièces. Les réalisateurs montrent vraiment ici leur point de vu : Steven n’est que l’objet d’un complot et  le système judiciaire américain est corrompu.

La question est : y-a-t-il vraiment des preuves irréfutables de sa culpabilité qui ne puissent pas être démontées par les avocats de Steven ? Si c’est le cas, nous ne les connaissons pas et la fin de la série laisse un goût d’injustice et de colère. Je dirais même de frustration car il s’agit d’une histoire vraie et c’est très déstabilisant de se dire que cela se termine comme ça et que c’est la vraie vie.

Une série vraiment à voir pour son côté innovant et parce qu’elle amène matière à la réflexion.

Laissez un commentaire