Retrogaming : la Légende de Zelda n°3

Petit inversion dans les jeux suivants : A Link to the Past était sensé venir avant Link’s Awakening sauf que mon objectif de terminer LTTP avant de partir en vacances a échoué … il me reste, il me semble, 2 donjons + le château final pour le terminer. Du coup j’ai commencé et terminé Link’s Awakening pendant mes vacances sur ma 3DS (la version DX est disponible sur l’E-shop, je n’ai pas de gameboy). De ce fait, je vous parlerais de LTTP dans quelques jours.

Link’s Awakening est un jeu sorti sur gameboy et j’avoue qu’à part de nom je n’en avais jamais entendu parler ni même vu à quoi il ressemblait. C’est lorsque j’ai eu cet excellent bouquin que je l’ai découvert.

Il se démarque des autres par son histoire qui est assez inédite puisque ici point de Hyrule mais une île : Cocolint. Notre héro se trouve en pleine mer et en pleine tempête et échoue sur une plage. Il fait la connaissance de Marine qui le sauve. Plus tard on apprend l’existence du Poisson-Rêve qu’il faut réveiller à l’aide de 8 instruments. Vous l’aurez compris 1 donjon = 1 instrument.

Si le principe de base du jeu est différent de ce qu’on connait (pas de princesse à sauver, pas de fin du monde à éviter), le gameplay reste le même et c’est évidemment la force des jeux Zelda.

Il faudra donc se balader sur l’île de Cocolint, en passant par la plage, les marais, les montagnes etc. Entre chaque donjon il y aura évidemment des quêtes annexes pour récupérer divers objets, notamment un système d’échange particulièrement sympa qui vous demandera de parler à chaque personnage rencontré pour savoir ce qu’il veut ou ce qu’il peut vous offrir.

J’ai été assez bluffées par les donjons qui m’ont souvent rendues dingues. Ils sont en soi pas difficiles mais il faudra réfléchir longuement dans certains pour continuer à avancer.

Par contre le point négatif dans cet opus est l’omniprésence des références à Mario. Je trouve que ça n’a rien à faire là et ça m’a vite gonflée, par exemple dans certains donjons la vue passe du dessus au côté pour faire du coup comme un jeu de plateforme, on retrouve des monstres de l’univers Mario, on doit même attraper une peluche Yoshi. Bref les références discrètes ne me gênent pas du tout au contraire mais trop ça me contrarie.

Autre point négatif, les déplacements. Trop de voyages sur la map qui est au passage pas vraiment bien pensée. Pour se déplacer plus vite il y a 4 téléporteurs mais ils sont pas franchement utiles, je regrette le système de l’oiseau de A Link to the Past par exemple.

Pour le reste on retrouve les choses qui font un bon Zelda, les objets récurrents, la musique, le système donjon + quêtes et c’est pour tout ça que j’ai vraiment aimé cet épisode qui est doté d’une histoire originale qui change un peu.

En conclusion, Link’s Awakening est un excellent jeu avec peu de défaut qui se laisse faire avec énormement de plaisir. Un petit interlude magique entre 2 sauvetages de princesse.

 

Laissez un commentaire