Retrogaming : la Légende de Zelda n°2

La suite des mes aventures « Zeldanesques ».
Le prochain sur ma liste était Skyward Sword, épisode sorti sur Wii et que je possède mais … que je n’ai jamais fait. Pourquoi ? parce que le côté gameplay avec la wiimote et devoir bouger me gonfle carrément. Je n’ai aucune envie de jouer à un Zelda de cette façon. De ce fait je n’ai joué que quelques petites heures au jeu, assez pour arriver devant le premier temple. Après la perte de mon bouclier, j’ai éteint la console et rangé le jeu.

Mais il était sur la liste donc je me suis dit « pourquoi ne pas tenter sur émulateur avec ma fidèle manette Xbox ? » Après une installation et quelques minutes de jeu, il est clair que je ne pourrais pas remplir mon objectif de faire tous les Zelda car cet opus est passé à la trappe. La prise en main sur manette est beaucoup trop compliquée, j’ai passé mon temps à réfléchir sur quels boutons je devais appuyer ne serait ce que pour donner un coup d’épée et les combinaisons sont bien trop chiantes à retenir. Je suis déçue mais bon peut être qu’un jour je me laisserais re tenter sur la Wii…

Le prochain épisode était Ocarina of Time sorti sur Nintendo 64 et plus récemment sur 3DS. Pour la petite histoire, c’est sans doute mon épisode préféré. Mon père nous l’avais offert à mes frères et moi à sa sortie à j’avais  9 ans à l’époque et j’ai du le faire des dizaines et des dizaines de fois. Refait à presque 100%  il y ois sur 3DS (il ne me manquait qu’une seule skultulla d’or …), je le connais donc par coeur et il était inutile que je le refasse.

Je suis donc passée à Majora’s Mask, également sorti sur Nintendo 64. Je ne l’ai pas en ma possession et c’est donc sur emulateur que je l’ai fait.

Pour l’histoire, c’est la suite direct de OOT. On retrouve un Link blasé par la vie et épuisé par ses batailles. Alors qu’il est sur Epona, il se fait désarçonner par Skull Kid, un étrange enfant portant un masque. Il se fait voler sa monture ainsi que son ocarina. Cependant il se fait une nouvelle amie, Talya, une Navi bis, qui l’aide à se rendre à Bourg-Clocher, le village principal. Le principe est simple, la lune va s’écraser sur Bourg-Clocher dans 3 jours et il faut donc l’en empêcher.

J’ai trouvé le gameplay du jeu très sympathique et innovant même si parfois j’avais envie de m’arracher les cheveux. Il faut habilement manier les retours dans le temps pour revenir à l’aube du premier jour et éviter la collision de la lune. Il faudra donc revivre plusieurs moments, recroiser certaine personnes, refaire des actions pour faire les 5 temples du jeu (4 + le final) et toutes les quêtes annexes. Le principe des masques est également très amusant et on a envie d’avoir les 24 disponibles.

On pourrait penser que 5 temples c’est court, mais les quêtes annexes et toute la partie histoire avant les temples, occupera de nombreuses heures.

Sinon en général on retrouve ce qui a marché dans OOT. L’interface est la même, les armes sont les mêmes ainsi que tous les personnages. La difficulté est plutôt bien dosée, les donjons ne sont pas très compliqués (sauf peut-être le fameux temple de l’eau qui est surement haï par tous les joueurs) mais il faudra réfléchir parfois à quelle arme ou quel masque utiliser. Il m’est souvent arrivée de rager sur certains passages mais dans l’ensemble j’ai passé un excellent moment. La fin est ultra simplifiée si on a le tout dernier masque mais ça n’enlève en rien le plaisir d’avoir fini le jeu.

Majora’s Mask est un épisode différent des autres et même si le scénario peut paraître simpliste, sa mécanique de jeu est rudement bien trouvée et fonctionne parfaitement.

A suivre, A link to the Past.

Laissez un commentaire