This is us

080373.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Année : 2016
Saison : 1
Nombre d’épisodes : 18
Format : 40 minutes

This is us c’est une nouvelle série débutée cet automne et déjà un coup de coeur pour moi. En fait, c’est même un coup de coeur dès le 1er épisode parce qu’il est tellement bien réalisé et nous apporte un twist génial qui fait que tu te demande ce qu’il vient de se passer.
Alors oui, c’est une série sur les relations humaines, sur les relations dans une famille, entre mari et femme, entre frère et soeur, entre parents et enfants, c’est mignon, c’est de la guimauve, il ne se passe pas énormément de choses mais bon sang c’est émouvant et ça donne le sourire. C’est une très belle série qui fait réfléchir sur plein de choses de la vie.

C’est difficile d’en dire plus puisqu’elle tourne vraiment sur le twist du 1er épisode et je refuse de gâcher ce plaisir.

En tout cas, il est certain qu’il n’y aura pas 36 saisons, il est certain qu’on ne verra pas du sang, des meurtres, des zombies, des complots et des paires de seins mais on y voit tous un tas d’émotions et des personnages très attachants.

Personnages parfaitement maîtrisés par des acteurs presque inconnus (à part Milo Ventimiglia et Mandy Moore) mais qui sont tous excellents.

En bref, une série belle et drôle (c’est pas une série comique mais on rigole vraiment souvent grâce à un humour subtil et léger). A voir pour sa jolie réalisation et parce qu’elle sort du lot des séries d’aujourd’hui.

 

Making a Murderer

508864.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Année : 2015
Saison : 1
Nombre d’épisodes : 10
Format : 1h environ

Making a Murderer c’est le dernier bébé de Netflix. C’est une série mais c’est surtout un documentaire. Exactement à la façon d’une série, avec 10 épisodes, on suit l’histoire de Steven Avery, un homme arrêté en 1985 pour viol puis innocenté et relâché 18 ans plus tard pour enfin être de nouveau accusé cette fois-ci de meurtre. Le premier épisode présente les différents protagonistes et parle surtout de la première incarcération de Steven. La suite sera uniquement basée sur l’histoire du meurtre avec les différentes procès et la longue incarcération qui est toujours d’actualité.

Pari réussi ? Oui et haut la main. Le suspens est à son comble tout le long des 10 épisodes. Tout est amené de façon à ce qu’on soit à littéralement happé par l’histoire de Steven. Même si les épisodes peuvent paraître lents, on suit chaque instant avec attention, chaque nouvelles révélations donnent envie de connaître la suite. Même si c’est clairement un documentaire porté sur le monde du droit, nous ne sommes jamais perdus et le cheminement de l’affaire reste limpide.

La série montre vraiment les failles de cette histoire et est vraiment tournée sur le principe que Steven est innocent et que tout a été monté de toutes pièces. Les réalisateurs montrent vraiment ici leur point de vu : Steven n’est que l’objet d’un complot et  le système judiciaire américain est corrompu.

La question est : y-a-t-il vraiment des preuves irréfutables de sa culpabilité qui ne puissent pas être démontées par les avocats de Steven ? Si c’est le cas, nous ne les connaissons pas et la fin de la série laisse un goût d’injustice et de colère. Je dirais même de frustration car il s’agit d’une histoire vraie et c’est très déstabilisant de se dire que cela se termine comme ça et que c’est la vraie vie.

Une série vraiment à voir pour son côté innovant et parce qu’elle amène matière à la réflexion.

The Man In The High Castle

man in high castle

 

Synopsis : Les Américains ont perdu la Seconde Guerre mondiale et l’Amérique est désormais partagée entre l’Empire du Japon et l’Allemagne Nazi. En 1962, un groupe de résistants cherche à envoyer de précieux vieux films dans la zone neutre, mais les transporter coûte la vie de beaucoup de monde. Après près de deux décennies de cohabitation entre les deux grandes puissances, les rumeurs persistantes rapportant la santé déclinante du Führer laissent présager l’arrivée d’une période de troubles… (source : allociné)

Année : 2015
Saison : 1 (seconde prévue)
Nombre d’épisodes : 10
Format : 55 minutes

En ce moment c’est la mode des séries courtes qui sortent en une seule fois. Nouvelle mode amorcée par Netflix et c’est Amazon qui s’y met avec celle-ci. Personnellement, j’aime beaucoup ce format : peu d’épisode et pas besoin d’attendre la semaine d’après pour connaître la suite donc si on veut on peut passer la journée devant.

Tiré du livre du même nom de Philip K. Dick, l’histoire est plutôt géniale, d’autant que je suis une passionnée de la Seconde Guerre Mondiale, j’étais donc emballée par cette série.

Verdict ? Je suis assez satisfaite mais il y a quelques points négatifs. Les décors et les costumes sont très réussis. Les personnages sont très bons (mais j’ai un peu de mal avec l’actrice principale) et je trouve qu’il y a de très bons suspens à presque chaque épisode. Le cliffhanger de la fin est tout simplement extra. Mais il est vrai que la série est très, très lente. Il ne se passe pas beaucoup de chose pendant les épisodes et « l’action » est parfois concentrée qu’à la fin, ce qui donne évidemment envie de voir la suite mais du coup je peux comprendre que certains lâchent l’affaire en cours de route.

Quasiment aucune réponses ne seront apportées sur pourquoi les films sont si importants, comment peuvent-ils être si réalistes, qui est cet « homme du haut château », quelle est la portée de la résistance ? Cette saison positionne l’histoire et les personnages, des bases se posent.

En conclusion, une série prometteuse, un peu lente au démarrage mais qui se laisse facilement regarder et qui va se faire désirer.

Édit : après avoir terminé le livre (que j’ai vraiment pas aimé), il est clair que la série est plus une inspiration qu’une adaptation. En tout cas sur cette saison, à part le principe général et les personnages, il n’y a que quelques détails qui sont comme dans le livre. Pire encore, la série est plus intéressante …

Outlander

481757.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Synopsis : Les aventures de Claire, une infirmière de guerre mariée qui se retrouve accidentellement propulsée en pleine campagne écossaise de 1743. Elle se retrouve alors mêlée à des histoires de propriétés et d’espionnage qui la poussent à prendre la fuite et menacent sa vie. Elle est alors forcée d’épouser Jamie, un jeune guerrier écossais passionné qui s’enflamme pour elle et la conduit à être déchirée entre fidélité et désir, étant partagée entre deux hommes dramatiquement opposés et deux vies irréconciliables. (source : allociné)

Année : 2014
Saison : 1 (la seconde en avril 2015)
Nombre d’épisodes : 8/8
Format : 55 min

Outlander c’est un peu ma série coup de coeur du moment. Je l’ai littéralement dévorée en 2 jours et c’est avec un grand désespoir que j’ai appris qu’il n’y avait que 8 épisodes.

Tiré d’un livre (que je vais m’empresser de me procurer), on est tout de suite projeté aux côtés de Claire, dans cette période charnière pour les Highlanders. Des décors sublimes, l’accent des écossais, le gaélique, le tout accompagné de superbes musiques : on est parti pour une véritable aventure historique.

Même si j’ai un peu de mal avec l’actrice principale, on s’attache rapidement à tous les personnages et malgré une avancée plutôt lente on toujours hâte de découvrir l’épisode suivant. La série finit d’ailleurs sur un très bon cliffhanger.

Entre amour, espionnage, guerre et histoire, je ne peux que conseiller de voir cette série. Il est en effet difficile d’en faire une critique  sans trop en dévoiler tant  le scénario est bien ficelé et prenant.

The Carrie Diaries

carrie diaries

 

Synopsis : La jeunesse de Carrie Bradshaw bien avant qu’elle ne philosophe sur l’amour et le sexe dans Sex & the City, alors qu’elle est en dernière année de lycée dans une petite ville de Nouvelle-Angleterre dans les années 1980 et qu’elle rêve déjà de New York. (source : allociné)

Année : 2012/2014
Saison : 2 (en cours de diffusion)
Nombre d’épisodes : 5/13
Format : 42 minutes
Jour de diffusion : vendredi

La première chose à savoir c’est que je suis une immense fan de Sex and the City. Je regarde les 6 saisons au moins 2 fois par an et donc forcément quand l’an dernier j’ai vu qu’une série sur la jeunesse de la célèbre Carrie Bradshaw sortait, j’étais très impatiente. Sauf que … déception totale.

Forcément ici Carrie n’a que 17 ans donc c’est une lycéenne, donc c’est une ado donc la série est clairement axée pour les gamines. Donc on ne retrouve pas du tout l’humour et les situations de Sex and the City. Bah oui, allez-vous me dire, une gamine de 17 ans n’allait pas avoir la vie sexuelle et les problèmes de la Carrie de 30 ans. Mais alors, on se retrouve avec les problème existentielles d’une ado et c’est pas très intéressant. Il n’y a que 13 épisodes et on se fait un peu chier. J’ai vraiment lutté pour me mettre dedans et y rester jusqu’à la fin.

Comme je suis un peu maso, j’ai rempilé avec la saison 2 qui vient de recommencer. On retrouve Carrie où on l’avait laissé, dans le bel appartement New-Yorkais d’un ami pour les vacances d’été. On retrouve donc ses même problème mais cette fois ci à New-York.

Le gros problème de cette série est l’incohérence avec la série originale. La connaissant par coeur, je les attendais sur les détails et dommage pour eux ils se sont plantés. Carrie-de-30-ans précise dans la saison 6 que son papa était un connard qui les a abandonné elle et sa maman quand elle était petite. Ici la Carrie-de-17-ans vit avec son petit papa qui est un homme charmant qui aime ses DEUX fille, oui Carrie a une petite soeur et sa mère est morte. Je suis désolée mais c’est pas cohérent avec ce qu’on sait du personnage.

Deuxième point qui aurait pu être intéressant mais qui ne va pas non plus, c’est le personnage de Samantha. La saison une ayant fait un peu un bide, les réalisateurs ont décidés d’implanter ce personnage emblématique de la vraie série. Sauf que dans le film n°2 on apprend que de ses 3 meilleurs amies, c’est Charlotte que Carrie rencontre en premier (Sam est d’ailleurs la 3ème).

On peut me dire que je chipote sur des détails, mais c’est sensé être un préquel donc il est logique de respecter un minimum l’histoire. Je ne ferais pas la liste mais il y a plein de petites choses comme ça qui me dérangent.

Outre ces détails, la forme de la série est plutôt bien. Le décor, le look et les musiques des années 80 sont vraiment bien retranscrits et les acteurs sont en général assez bon.

Dommage que le scénario manque autant de profondeur.

Marvel’s Agents of SHIELD

21024377_20130805100249739.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Synopsis : Les aventures mouvementées des membres de la « Strategic Homeland Intervention, Enforcement and Logistics Division, plus connu sous le nom de « S.H.I.E.L.D. ». (source : allociné)

Année : 2013/2014
Saison  : 1 (en cours de diffusion)
Nombre d’épisodes : 5/22
Format : 42 minutes
Jour de diffusion : mardi
Créateur : Joss Whedon

Les super-héros ont la côte en ce moment et Marvel a déjà annoncé que plusieurs séries allaient sortir dans les années à venir. Pour le moment c’est Agents of SHIELD la première née.

On retrouve le célèbre agent Coulson et son équipe composée de Melinda May et l’agent Ward, les 2 balèzes qui savent se battre, Fitz et Simmons, les 2 intellos scientifiques et Skye, la geek hackeuse.

Le principe de la série est extrêmement simple : on les informe d’une menace quelconque, d’un mec aux super pouvoirs qui tombe dans le côté obscur, des gens qui se font enlevés ect.. et eux doivent résoudre le problème.
J’avais pas envie de voir une série banale avec juste une équipe qui résout des « enquêtes » sur fond de super-héro, c’est loupé c’est exactement ça.

Le scénario est en réalité inexistant, il n’y aucune trame derrière qui va nous tenir en haleine et nous donner envie de voir l’épisode suivant. Aucune fin d’épisode où on se dit « putain vivement la semaine prochaine ». C’est plat, c’est sans intérêt. Même quand un mini suspens à l’air d’apparaître, il est vite traité et vite oublié.

Les épisodes sont divertissants, on ne s’ennuie pas pendant les 40 minutes mais il n’y a pas ce petit truc qui fait que c’est une bonne série et c’est bien dommage parce que je suis sûre qu’il y aurait matière pour faire un truc vraiment génial.

A regarder pour passer le temps mais faut pas s’attendre à être accroc. Je prie pour que le niveau se relève et qu’on puisse oublier ce démarrage trop lent.

Siberia

Synopsis : Sur le lointain territoire de Toungouska, en Sibérie, 16 candidats de télé-réalité sont expédiés dans cette zone anéantie en 1908 par une énorme explosion, suite à l’impact d’une mystérieuse météorite avec la Terre. Quand l’un des participants est grièvement blessé, et qu’aucune aide n’arrive, l’inquiétude monte d’un cran. D’autant que certains événements ne semblent pas liés au show. Face au danger, les compétiteurs doivent se serrer les coudes pour survivre…

Année : 2013
Saison : 1 (en cours de diffusion)
Nombre d’épisodes : 9/12
Format : 42 minutes

Siberia est une série d’un nouveau genre, en effet elle combine la série et la télé réalité. J’ai été assez surprise au premier épisode de voir que ça se déroulait vraiment comme une télé réalité. On suit la vie de ces 16 personnes et on a leur commentaires au fur et à mesure comme dans un épisode de Koh Lanta pour ne citer que cette émission. Le principe est intéressant et assez inédit malheureusement je trouve ça un peu chiant à la longue, pendant un épisode j’ai l’impression de plus les voir faire leurs commentaires plutôt que voir de « l’action ». Le point positif c’est que l’immersion se fait bien, on oublie parfois que c’est une série et on se surprend à avoir peur pour eux en pensant que c’est des vrai candidats.

Le démarrage est malheureusement un peu long, on sent qu’il va se passer des choses par la suite, on sent même qu’il se passe quelquechose de pas normal tout de suite mais en même temps il ne se passe rien pendant les premiers épisodes. Je dirais même qu’il  ne se passe rien de neuf, généralement ça se résume à des engueulades, du flirt, des bruits bizarres qui font sursauter tout le monde, un truc bizarre qui arrive et que personne peut expliquer et voila. Il y a une histoire derrière mais ça met trop de temps à arriver. Il faut attendre l’épisode 5 pour avoir un vrai suspens et un peu d’action.

Les autres points négatifs sont les acteurs que je trouve pas super et surtout bonjour les gros clichés : le maigrichon à lunettes qui bosse dans l’informatique qui est le geek de la bande, la pétasse mannequin bien foutue qui est une vraie garce, le vieux de la bande qui a l’expérience de la vie, le jeune beau gosse qui se la pète et qui tape sur les nerfs de tout le monde. A part ça les personnalités des autres ne sont pas mises en avant, les personnages ne sont pas attachants et je saurais même pas dire comment ils s’appellent, tous autant qu’ils sont.

Sibéria est donc une série dont je ne sais que penser.  Je continue à la regarder parce que l’histoire me donne envie de savoir ce qu’il  va se passer et quel est le problème avec ce territoire et ce jeu mais le reste ne m’a pas convaincue. A mi-chemin entre un Survivor et un Projet Blair Witch, je pense qu’elle a du potentiel mais beaucoup de détails ne sont pas assez exploités.

Edit 24/09 : je viens de terminer la série (11 épisodes). Même si elle a quelques défauts et si elle est assez déroutante, le suspens est là jusqu’au bout et la fin laisse perplexe. Il n’y aura jamais de suite apparemment et donc les théories les plus folles peuvent être avancées. En tout cas malgré un démarrage lent, la série nous tient en haleine jusqu’au bout.

Hannibal

Synopsis : La relation étrange entre le célèbre psychiatre Hannibal Lecter et l’un de ses patients, un jeune profiler du FBI nommé Will Graham, torturé par sa fascination dévorante pour les serial killers… (source : allociné)

Année : 2013
Saison : 1 (en cours de diffusion)
Nombre d’épisodes : 2/13
Format : 42 minutes
Créateur : Bryan Fuller (pas très connu, il a notamment co-produit Heroes et Dead Like Me)
Acteurs : Hugh Dancy, Mads Mikkelsen, Laurence Fishburne etc …
Jour de diffusion : tous les jeudis sur NBC

Hannibal est une nouvelle série qui a débuté le 4 avril dernier. Elle raconte tout simplement l’histoire du célèbre docteur Hannibal Lecter et d’un de ses patients Will Graham.
J’ai tout de suite été tentée de regarder cette série en bonne fan du Silence des Agneaux et j’ai attendu d’avoir 2 épisodes sous la main pour peut-être vous donner envie de vous y mettre. Car il est clair que je ne peux pas faire une critique complète mais j’ai bien accroché pour le moment et j’espère que la suite sera à la hauteur.

Le principe de la série est relativement bateau si je puis dire : nous avons un agent du FBI (Laurence Fisbburne) associé à un profiler un peu psychotique (Hugh Dancy). Ils résolvent des enquêtes assez glauque et vont faire appel au Dr Lecter (Mads Mikkelsen) pour les aider sur un profil psychologique, par la suite il deviendra le psy du profiler mais comment va évoluer leur relation ? La réponse évidemment au fil des épisodes en espérant que la série ne déviera pas sur un style d’épisode enquêtes + quelques infos sur cette fameuse relation psychiatre/patients. J’aimerais voir un truc vraiment profond entre ces 2 personnages.

Pour l’instant, l’ambiance générale de la série est très bon : glauque, sombre, on retrouve vraiment le style du Silence des Agneaux (qu’on avait perdu dans les 2 films suivants). Les 2 protagonistes sont très bons, Will Graham est clairement un mec bizarre, nerveux, limite névrosé (en plus, si j’ai bien compris il a le syndrome d’Asperger) et l’acteur joue son rôle à fond. Hannibal Lecter est encore un personnage bien mystérieux mais l’acteur a une vraie tête de psychopathe et laisse présager du bon pour la suite de la chose.

La réalisation est un peu étrange, les épisodes sont construits de façon assez incompréhensible parfois mais cela donne un truc en plus à l’enquête et nous tient pendant les 40 min de l’épisode.

En bref, une série qui débute plutôt bien et qui donne envie de se lancer dedans. Maintenant il faut espérer qu’elle saura nous tenir en haleine avec un scénario bien ficelé pour ne pas tomber dans les méandres des séries bâclées et oubliées au bout d’une saison.

Revolution

Je n’ai jamais parlé séries ici et pourtant c’est un aspect plus que présent dans ma vie de geek. J’avais déjà songé à faire un énorme article avec toutes les séries que je regarde (ou que j’ai vu) avec tout plein d’infos dessus mais c’est un travail plus que laborieux. Aussi je me contenterais aujourd’hui de vous parler d’une série toute nouvelle sur nos écrans et qui j’espère ne finira pas oubliée comme tant d’autres qui pourtant avait un bel avenir.

Synopsis : Le monde bascule dans une ère sombre lorsque l’électricité cesse soudainement de fonctionner. Sans technologie moderne, les hôpitaux, les transports et les moyens de communication ne sont plus opérationnels. La population doit réapprendre à vivre…
15 ans plus tard, la vie a repris son cours. Lentement. Sereinement ? Pas vraiment. Aux abords des communautés agricoles qui se sont constituées, le danger rôde. Et la vie d’une jeune femme est bouleversée lorsque la milice locale débarque et tue son père, qui semble être mystérieusement lié au blackout. Ces révélations l’amènent à se mettre en quête de réponses sur le passé, dans l’espoir d’un futur meilleur. (source : allociné)

Année : 2012/2013
Saison : 1
Nombre d’épisodes : 6/22
Format : 42 minutes
Créateur : Eric Kripke
Producteur : JJ Abrams (Dieu des geek, accessoirement papa de Lost, Fringe, et tant d’autre)
Acteurs : Billy Burke, Tracy Spiridakos, Giancarlo Esposito, David Lyons, Elizabeth Mitchell etc…
Jour de diffusion : tous les lundi

Difficile d’écrire sur cette série sans en dire trop. Tout d’abord j’ai envie de dire que Revolution arrive à pic. Des séries qui se terminent, d’autres qui s’éternisent, il était temps d’avoir quelque chose de neuf à se mettre sous la dent. Le scénario n’a rien d’original dans le sens où des espèces de fin du monde où les humains sont livrés à eux-mêmes suite à une catastrophe (ou autre) n’est pas nouveau. Par contre je ne sais pas si on a déjà vu une absence complète d’électricité. Pourquoi cette disparition ? C’est une question à laquelle je ne peux pas encore répondre et de toute façon je ne le dévoilerais pas ici.

La Terre est donc obligée de ré apprendre à vivre à l’ancienne, comme des paysans disons le. Un nouveau régime a fait son apparition : la Milice. Dictateurs tout puissants et enragés, ils traquent la moindre personne en possession d’armes ou qui essayerait de se dresser contre eux. C’est dans ce contexte que l’on découvre nos protagonistes. Une famille dont la mère a disparu, un père qui se fait assassiner, un fils qui se fait enlever, ne reste que la fille qui part à la recherche de son frère accompagné de diverses personnes, dont son oncle qui est plus important qu’il n’y parait.

J’ai personnellement était tout de suite à fond dedans. Dès les premiers épisodes, on nous lance quelques bons gros mystères qui amènent un tas de questions, pourquoi il n’y a plus d’électricité ? est-il possible d’en remettre ? qui sont ces gens qui ont l’air d’en savoir plus qu’ils ne veulent le dire ? à quoi servent ces mystérieux pendentifs ? Quel était le rôle du père ? Le rôle de son frère ? Le rôle de la mère ? Beaucoup de questions et encore peu de réponses qui font qu’on regarde chaque épisode avec avidité.

Côté acteurs, je suis plutôt étonnée par Billy Burke (l’oncle, Miles)que j’ai plus souvent vu dans des seconds rôles un peu minables (style le papa de Bella-je-tire-la-tronche dans Twilight). Plutôt balèze, fin stratège et mystérieux à souhait, je trouve son personnage très abouti et intéressant. L’autre personne importante est bien sûre Tracy Spiridakos (Charlie) sauf que … je ne la supporte pas. Déjà je trouve l’actrice mauvaise, pas du tout charismatique, j’ai tout le temps envie de la secouer pour la réveiller  Son personnage est tout aussi énervant, elle ne sait jamais ce qu’elle veut, elle est contre toute les décisions, elle refuse de faire la méchante mais ça se retourne souvent contre elle, bref une tête à claque. Les seconds rôles sont plutôt satisfaisants, le méchant Capitaine Tom Neville est génial (surtout quand on en apprend plus sur lui), et j’aime beaucoup le Général Monroe qui sous ses airs de beau gosse est en réalité un peu un psychopate.

En résumé, une très bonne série qui démarre très fort, seulement 6 épisodes mais beaucoup de suspens, j’ai hâte de voir ce que nous réserve les 16 autres épisodes. Je ne veux pas trop en dévoiler car vraiment ça vaut le coup de tout découvrir par soi-même donc foncez!