Challenge lecture n°1

Livres (1)

Pour ce challenge lecture 2017, mon premier thème est la rééecriture de conte de fées et j’ai choisi la saga de Marissa Meyer, Les Chroniques Lunaires.
Ce choix n’a pas été difficile puisque j’étais en pleine lecture du tome 4 à l’annonce du challenge 2017 et cette série ne peut pas mieux correspondre au thème. En effet, l’auteur a choisi de revisiter complètement 4 grandes contes très connus à savoir : Cendrillon, le petit chaperon rouge, Raiponce et Blanche-Neige.
Mettons les choses au clair tout de suite, ces récits sont clairement axés jeunesse, et on va pas le cacher, plutôt pour les filles, mais il n’empêche que du haut de mes 27 ans, j’ai A-DO-RE.

L’histoire est très simple : après une quatrième guerre mondiale, les grandes puissances mondiales de la Terre tentent de maintenir la paix mais en plus d’une terrible pandémie, touchant une grosse partie de la population, elles doivent faire face à un nouveau peuple menaçant télépathes dirigé par une reine impitoyable : les lunaires. C’est dans ce contexte que Cinder, une mécanicienne cyborg adoptée, tente de survivre et de faire vivre sa belle-famille jusqu’au jour où sa petite soeur contracte la maladie. Une nouvelle vie pleine de rebondissements commence alors pour Cinder.

Ce tout petit résumé n’est que le début du 1er tome qui est vraiment axé sur Cinder et reprendra tous les thèmes de l’histoire de Cendrillon : la belle-mère odieuse et ses filles, le prince, le bal, la chaussure perdue sur les marches etc …  Chaque tome présente ainsi le nouveau personnage en reprenant l’histoire originale du conte et s’intégrant dans l’aventure de Cinder.

C’est pourquoi les Chroniques Lunaires est un excellent livre : parce que tout est très bien revisité et fonctionne à merveille. L’histoire est haletante et monte en intensité à chaque tome. Les personnages ont tous leur identité propre et leur personnalité, chacun à son utilité dans le récit. Marissa Meyer écrit très bien et j’ai littéralement dévoré les 4 tomes en très peu de temps. L’écriture est simple, on sent que le ton est pour les jeunes mais c’est vraiment pas exagéré, on rentre vraiment dans le livre et on s’attache aux personnages. On pourrait reprocher que les héros sont assez stéréotypés et qu’on peut plus ou moins tout deviner rapidement mais n’oublions pas que c’est une roman jeunesse donc c’est pardonnable.

Mon tome préféré a été Scarlet car j’ai beaucoup aimé le personnage et sa relation avec Loup qui est très forte. Par contre, j’ai trouvé Winter un poil long. La fin était évidente mais c’est un conte de fée, les histoires finissent toujours biens.

En conclusion, une très belle découverte que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire et que je recommande.

 

Challenge lecture 2017

A force de voir Cleophis en parler sur son blog et étant une lectrice de toujours (c’est un aspect dont je ne parle jamais ici mais les bibliothèques à la maison sont assez affolante), j’ai décidé de faire cette année le challenge lecture proposée par Milles vies en une (liste faite par ses soins ici).

Il s’agit d’un challenge se réalisant sur toute l’année où il faut lire 50 livres en fonction de catégorie bien précises. Le but n’est pas une compétition et il n’y a évidemment aucune obligation de faire toutes les catégories. Le but est bien sûr de lire, se faire plaisir et faire découvrir ses lectures aux autres.

Capture

 

Je pense pouvoir réaliser toutes les catégories à part 4 : un livre que l’un de tes grands-parents aimait, trop compliqué, un livre reçu en swap, je ne recevrais surement pas de swap, un recueil de poésie, malheureusement je ne supporte pas la poésie et un livre que tu as toujours fait semblant d’avoir lu, à ma connaissance ce n’est jamais arrivé. Cela fait quand même un sacré boulot et je ferais mon maximum pour remplir les objectifs restants ;) .

Ma bonne résolution 2017 sera de poster une critique de chaque livre lu ! A venir, mon premier livre (ou plutôt 4): une réécriture de conte de fées.

Warcraft : Le commencement

574116.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Synopsis : Le pacifique royaume d’Azeroth est au bord de la guerre alors que sa civilisation doit faire face à une redoutable race d’envahisseurs: des guerriers Orcs fuyant leur monde moribond pour en coloniser un autre. Alors qu’un portail s’ouvre pour connecter les deux mondes, une armée fait face à la destruction et l’autre à l’extinction. De côtés opposés, deux héros vont s’affronter et décider du sort de leur famille, de leur peuple et de leur patrie. (source : allociné)

N’ayant pas pris le temps de le voir au cinéma, j’ai presque été sage et attendu la sortie DVD/BR pour le regarder. Ce visionnage était plein d’appréhension pour la simple et bonne raison que les films tirés de jeux vidéo sont le plus souvent catastrophiques. Et puis bon, les gens faisaient genre « oui oui Duncan Jones ça va être trop cool » mais concrètement il n’a pas beaucoup de réalisations à son actif et pas des chefs d’œuvres. Bref la peur était là.

La peur était-elle fondée ? Non. Le film est-il bon pour autant ? Oui et non.

Pourquoi ce n’était pas fondé ? Parce que le film reste divertissant et à voir forcément quand on joue à WoW. Les effets spéciaux ne sont pas aussi dégueulasses que certains que j’ai pu voir dans des films très récents. Les paysages sont jolis et ils font vraiment sourire lorsqu’on reconnait tel ou tel lieu vu dans le jeu. Les orcs sont pas mal du tout, c’était surtout ce point qui me faisait flipper (bon à part bébé Thrall). Les costumes sont dans le thème et respectent l’univers. On ne s’ennuie pas dans le sens où j’ai regardé l’heure à un moment et je me suis dit « tiens il reste déjà que 30 minutes ».

Mais à part ça ? Et ben j’ai trouvé ça mou. Bon l’histoire est basique mais est assez fidèle à part quelques détails qu’auront relevé les puristes mais on ne va pas se formaliser pour ça. L’univers Warcraft est très dense et il fallait bien tout faire tenir en 2h. Mais voila, j’ai trouvé que trop de personnages étaient présentés et on ne s’attarde sur AUCUN. On ne s’attarde pas non plus sur l’histoire, tout va très vite. Les orcs débarquent, on décide de se battre, on place 1 ou 2 morts, une mini romance et merci au revoir. Les combats n’ont aucune dynamique, que ce soit les combats physiques avec une arme que les combats magiques, et les acteurs n’ont aucun charisme. Je trouve que c’est vraiment dommage car avec ça le film aurait pu être très bon.

En tant que grosse joueuse de WoW, je ne peux pas être déçue parce que j’étais super contente de voir cet univers retranscrit à l’écran et j’ai aimé rechercher les petits détails que les néophytes ne verront pas (par exemple la pierre d’invocation comme pour les instances lorsqu’ils avancent dans les bois, les auberges qu’on connait par coeur, la musique à la fin du film qui est celle de l’écran de connexion etc …). Mais voila, un petit peu plus de dynamisme n’aurait pas été de refus.

En conclusion, un film que les joueurs comme les non joueurs se doivent d’avoir vu parce qu’il reste un bon divertissement et parce que bon sang, ça faisait 10 ans qu’on attendait ça !

L’avis des autres : Garikover et Cleophis.

Nos étoiles contraires

218720.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Synopsis : Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer (source : allociné).

Je profite de cette critique du film pour participer au Club des blogueurs de ma copine Cleophis. Je vais spoiler allègrement donc si vous ne souhaitez rien savoir, passez votre chemin !

(suite…)

Esprit d’hiver de Laura Kasischke

Il y a quelques mois, grâce à Cleophis, j’ai découvert les matchs de la rentrée littéraire organisés par PriceMinister-Rakuten. Dévoreuse de livre en chef, je ne pouvais qu’être attirée par ce « concours » plus que sympathique. Le principe était extrêmement simple : on choisissait un livre dans la liste, on le recevait gratuitement chez nous et ensuite il fallait le lire (évidemment) et en faire la critique sur son blog. Le but étant de faire découvrir les nouveautés littéraires de la rentrée et/ou de nouveaux auteurs.

Esprit-dhiver-de-Laura-Kasischke

 

4ème de couverture : Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant …

Le résumé de ce livre m’a tout de suite sauté aux yeux lorsque mon choix a du se faire. Le côté très mystérieux de cette histoire m’a donné envie d’en savoir plus.

Grand bien m’en fasse, j’ai adoré ce bouquin. 276 pages dévorées en quelques heures. Mais commençons par le début.

Holly et Eric sont un couple heureux, il adopte une petite russe du nom de Tatiana et leur vie se déroule le plus naturellement du monde. L’histoire commence un matin de Noël. Holly se réveille avec un horrible sentiment mêlé d’angoisse et de peur. Une certitude l’envahit et ne la quittera pas de la journée. Son mari quitte très vite la maison, en retard pour aller chercher ses parents à l’aéroport, il part de la maison à toute vitesse. C’est le début d’un huis clos haletant et oppressant.

Les premiers chapitres m’ont d’abord rendues perplexe. Je n’arrivais pas à me mettre dans l’histoire, cette phrase « quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux » répétée comme un mantra me tapait sur les nerfs. Je trouvais le style d’écriture brouillon et je ne comprenais pas où l’auteur allait nous emmener. Et puis on se prend au jeu.

L’histoire se pose doucement mais sûrement. Entremêlée de flashbacks, on suit cette journée de l’enfer où tension et folie vont s’entrechoquer. On avance pas à pas et à chaque page on a envie de comprendre. Comprendre l’attitude de Tatiana, comprendre l’angoisse de Holly, comprendre la chose surnaturelle ou psychotique qui se déroule dans cette maison qui a l’air d’être complètement coupée du monde à cause de la tempête de neige.

Au fur et à mesure, on finit par comprendre grâce aux informations des flashbacks et la vérité finit par éclater dans un final tragique.

En conclusion, Esprit d’hiver est un excellent thriller psychologique rudement bien écrit. Tout est bien détaillé et on est littéralement happé par l’ambiance dégagée par ce livre. La fin laisse sans voix.

Ma note : 18/20.