The Man In The High Castle

man in high castle

 

Synopsis : Les Américains ont perdu la Seconde Guerre mondiale et l’Amérique est désormais partagée entre l’Empire du Japon et l’Allemagne Nazi. En 1962, un groupe de résistants cherche à envoyer de précieux vieux films dans la zone neutre, mais les transporter coûte la vie de beaucoup de monde. Après près de deux décennies de cohabitation entre les deux grandes puissances, les rumeurs persistantes rapportant la santé déclinante du Führer laissent présager l’arrivée d’une période de troubles… (source : allociné)

Année : 2015
Saison : 1 (seconde prévue)
Nombre d’épisodes : 10
Format : 55 minutes

En ce moment c’est la mode des séries courtes qui sortent en une seule fois. Nouvelle mode amorcée par Netflix et c’est Amazon qui s’y met avec celle-ci. Personnellement, j’aime beaucoup ce format : peu d’épisode et pas besoin d’attendre la semaine d’après pour connaître la suite donc si on veut on peut passer la journée devant.

Tiré du livre du même nom de Philip K. Dick, l’histoire est plutôt géniale, d’autant que je suis une passionnée de la Seconde Guerre Mondiale, j’étais donc emballée par cette série.

Verdict ? Je suis assez satisfaite mais il y a quelques points négatifs. Les décors et les costumes sont très réussis. Les personnages sont très bons (mais j’ai un peu de mal avec l’actrice principale) et je trouve qu’il y a de très bons suspens à presque chaque épisode. Le cliffhanger de la fin est tout simplement extra. Mais il est vrai que la série est très, très lente. Il ne se passe pas beaucoup de chose pendant les épisodes et « l’action » est parfois concentrée qu’à la fin, ce qui donne évidemment envie de voir la suite mais du coup je peux comprendre que certains lâchent l’affaire en cours de route.

Quasiment aucune réponses ne seront apportées sur pourquoi les films sont si importants, comment peuvent-ils être si réalistes, qui est cet « homme du haut château », quelle est la portée de la résistance ? Cette saison positionne l’histoire et les personnages, des bases se posent.

En conclusion, une série prometteuse, un peu lente au démarrage mais qui se laisse facilement regarder et qui va se faire désirer.

Édit : après avoir terminé le livre (que j’ai vraiment pas aimé), il est clair que la série est plus une inspiration qu’une adaptation. En tout cas sur cette saison, à part le principe général et les personnages, il n’y a que quelques détails qui sont comme dans le livre. Pire encore, la série est plus intéressante …

Films en vrac n°7

Pan

Pan c’est la dernière adaptation des aventures de Peter Pan mais en version TRÈS revisitée. On accroche ou on accroche pas. Moi je n’ai pas accrocher. Pourtant ça commençait bien mais à partir du moment où Pan découvre la base pirate et que les pirates (dont Barbe Noir) chantent sur Smell Like Teen Spirit (après on a le droit aux Ramones), on se demande ce que Joe Wright a fumé. Le film est peut-être beau mais le reste est à jeter. Les acteurs sont mauvais, l’histoire est chiante et cul-cul et je n’ai absolument pas perçu la magie que tant d’autre ont vu. Alors certes c’est un film pour les enfants mais 2 jours plus tard je me suis extasiée devant Raiponce donc je pense avoir quand même une âme d’enfant au fond de moi. Clairement c’était pas pour moi et ce film sera malheureusement l’un des navets de l’année 2015.

Dark Places

L’histoire raconte le parcours de Libby, seule survivante du massacre de sa famille des années plus tôt. Suite à son témoignage, son frère Ben est mis en prison. Mais aujourd’hui son regard sur l’affaire va être bouleversé.
En réalité c’est assez difficile de faire la critique de ce film puisque ayant lu le livre juste avant, je connaissais tous les détails de l’intrigue. Je l’ai surtout vu pour voir comment justement le réalisateur allait réussir à mettre en scène ce bouquin passionnant. Le résultat est mitigé mais le film n’en reste pas moins correct. Le gros problème c’est que dans le livre, l’auteur joue constamment entre 2 époques (Libby en 2014 et la fameuse journée en détail de 1985 avec en alternance le point de vu de Ben et de la mère) mais alors que ça apporte un suspens génial, ici ce n’est pas assez bien réalisé. Il manque beaucoup de détails, tout est trop rapide et surtout un énorme indice est donné au tout début. Enfin, le personnage de Ben qui est l’élément clé de toute l’histoire est trop bâclé. En conclusion, des défauts mais il reste un thriller divertissant. (Critique de Garikover)

La face cachée de Margo

Pareil que le film au-dessus, j’ai lu le bouquin juste avant le visionnage. Connaissant donc le fin mot de l’histoire, je n’ai eu aucune surprise. Pour commencer, je n’ai pas beaucoup aimé le livre. Il était un peu chiant et le film était .. plus ou moins pareil. Le fait est qu’il ne se passe pas grand chose dans le bouquin. Quentin est amoureux de Margo, sa voisine depuis qu’ils sont petits. Mais Margo est une fille assez bizarre qui s’entoure constamment de mystère. Alors qu’elle disparaît une fois de plus, Quentin est persuadé qu’elle a laissé des indices à son attention pour qu’il l’a retrouve. Autant dans le bouquin, le cheminement est long et chiant, autant ici c’est très rapide mais ça reste un peu chiant. Les acteurs sont sympas mais sans plus par contre les musiques sont cools. Le film reste une petite comédie romantique qui se regarde mais qui est très loin d’être du même niveau que Nos étoiles contraires.

Films

Star Wars VII : Le Réveil de la Force [ATTENTION SPOIL]

052074.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

(suite…)

Dallas Buyers Club

007448.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Synopsis : 1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie. (source : allociné)

Ron Woodroof est un vrai mec du sud. Il aime boire, fumer, les femmes, le sexe et le rodéo. Alors quand il apprend qu’il est séropositif c’est un peu tout son monde qui s’écroule. Total déni à la base, il finit par admettre sa maladie et se retrouve propulsé dans un autre univers. Un univers où il va comprendre que seul la vie compte et que les différences des autres ne les rend pas moins humains malgré les idées reçues de l’époque. C’est les années 80, la maladie n’est connue que pour être « la maladie des homo ». Aucune réelle information, peu d’aide pour les malades, beaucoup de préjugés, et surtout une médecine impuissante.

Ce film dénonce 2 points. D’abord le lobby pharmaceutique qui déjà à l’époque, et encore aujourd’hui, se soucie plus de l’argent qui rentre plutôt que de la santé des malades. C’est en effet tellement plus lucratique de les laisser malades que de les soigner. Si les gens vont bien pourquoi achèteraient-ils des médocs ? Pourquoi les autoriser à trouver des solutions alternatives qui les laissent aller mieux plutôt que les médicaments bien légaux qui souvent sont décriés ?

Ensuite la condition des homosexuels. Peut-être une des pires périodes pour eux. Totalement rejetés par la société, le sida aurait été envoyé par Dieu pour les punir, d’ailleurs il n’y a qu’eux qui sont contaminés donc si tu es séropositif tu n’es qu’une tapette. Ron tient le même discours mais c’est grâce à son ami Rayon que sa pensée va changer du tout au tout. Mais malheureusement, cette exclusion dure encore aujourd’hui dans beaucoup de pays, c’est le moyen ici de le rappeler.

Mais un film accusateur n’est rien sans d’excellents acteurs. Matthew McConaughey qu’on ne présente plus est ici splendide. Déjà une énorme transformation physique mais surtout il se révèle à chaque nouveau film. Il nous livre une prestation sincère et touchante. Puis il y a Jared Leto. On le voit peu souvent à l’écran mais pour des rôles comme celui-ci on lui pardonne aisément. Dans le rôle d’un travesti, il est méconnaissable et rend son personnage magnifique, plein de douceur mais également tellement triste.

Ce film, très bien réalisé, fait prendre conscience que la plupart des des haines farouches ne sont en réalité dues qu’à une ignorance totale et que tout cela doit changer, et peu importe le sujet.

Again, again et and again

Et si on passait par là pour voir ce qu’il s’y passe ? Avec consternation je m’aperçois que mon dernier article date du … 8 mars soit un peu plus de 6 mois. La question est : où est donc passé le temps ? Outre cette excuse bidon, j’ai aussi eu une grande flemme et une motivation avoisinant les -1000. Mais comme toujours l’envie d’écrire me vient comme une envie de pisser et je reviens inlassablement parce que malgré les apparences j’adore ça.

Avant de reprendre les festivités, que se passe-t-il dans mon monde geek ?

-World of Warcraft : énorme blanc de, environ, janvier à septembre. Plus de motivation pour jouer, pas envie de monter mes rerolls, pas envie de retrouver une guilde, pas envie d’avancer donc j’ai tout simplement lâcher le jeu. Les pauses sont toujours bénéfiques et c’est avec grand plaisir que j’y suis retournée il y a environ 1 mois et des poussières. J’ai retrouvé ma mage et je lui ai avancé sa quête légendaire (j’en suis à celle avec les tomes du chaos à récupérer à la citadelle et la mission navale), j’ai également fini de up ma prêtresse discipline ainsi que ma druidesse tank et j’ai commencé à monter ma seconde palatank qui est actuellement 96. Je suis au passage assez déçue puisque la palatank est dans la Horde et je pensais avoir un peu de diversité au niveau des quêtes. En fait, à part la zone de départ (que du coup je connaissais déjà), les quêtes sont identiques. Seuls les PNJ et les lieux changent. Résultat le levelling avec le stuff héritage est plus que rapide mais qu’est ce que c’est rébarbatif … Idem, les journas à la Jungle de Tanaan, c’est sympa 5 minutes surtout qu’on peut stuff ses rerolls très vite mais au bout de quelques jours ça donne envie de se flinguer. En clair, y’a toujours des petites choses à faire mais on sent qu’on est déjà à 1 an d’extension et on a hâte de voir la nouvelle arriver (plus d’infos à la Blizzcon sûrement …).

-Hearthstone : grosse occupation de ces derniers mois. C’est vraiment le jeu sur lequel je vais et je viens malgré mes quelques crises d’énervement dessus. Je pense m’être beaucoup améliorée et même si je suis loin du rang légende, j’ai quand même réussi à atteindre le joli rang de 10 en juillet (avec beaucoup d’aide) et le rang 13 en août toute seule. Aujourd’hui j’arrive à stagner entre le 13 et le 15 assez facilement et je suis plutôt satisfaite. Outre le côté « grosse chance » qui desfois permet de gagner de façon assez scandaleuse, j’adore y passer du temps et j’aime de plus en plus regarder des streams et m’informer sur les decks du moment. Ci-dessous mes decks que j’aime particulièrement jouer. Peut être pas au top, sûrement des choses à améliorer mais ils m’amusent et c’est le principal ^^

Decks

-Heroes of the storm : beaucoup de temps passé sur ce jeu à sa sortie officielle en juin mais je me suis calmée depuis mon retour sur WoW. Je pensais détester les Moba et en soi, je suis pas une grande fan du PVP en général mais celui-ci j’ai réussi à m’y mettre. J’ai tout de suite adoré le côté « Héros de Blizzard » et je trouve tout le jeu intuitif et facile à prendre en main. Mon perso fétiche c’est Lili, je ne pensais pas non plus aimer jouer support dans ce genre de jeu mais il est évident que j’ai un problème avec les dps (grosse tendance à mourir). Le perso est très simple à jouer mais je l’aime beaucoup et je la trouve polyvalente. Intuable en 1v1 (voir 1v2) et redoutable avec son ulti, je pense qu’elle peut être un gros atout dans une team et peut amener à la victoire. Je pense me remettre doucement au jeu ces prochains jours et notamment terminer les fameuses 20 games pour  obtenir son rang.

-Cinéma : toujours beaucoup de films visionnés et les critiques sont toutes dans ma tête mais certaines le resteront sinon je devrais passer mes journées à écrire. La prochaine à venir : Dallas Buyers Club vu ce samedi soir.

-Séries : comme d’habitude, beaucoup trop de séries à voir. J’essaye néanmoins d’avancer et j’ai même fait un planning de séries à visionner tous les soirs ^^ La semaine dernière j’ai enfin vu la saison 1 de True Detective et avant de lancer la saison 2 je vais regarder Wayward Pines. J’ai évidemment toutes les reprises du moment mais je devrais arriver à mes fins.

-Lecture : j’ai repris un rythme de lecture plus que conséquent avec environ 1 livre par semaine. Suite aux différentes critiques de Cleophis, je me suis créée une petite liste à lire. J’ai commencé avec le pavé Autant en emporte le vent (je connaissais le film évidemment mais le livre était vraiment génialissime) et j’ai également lu Michel Bussi.  John Green occupe mon temps en ce moment, nos étoiles contraires lu l’an dernier, j’ai donc continué avec Qui es-tu Alaska et La face cachée de Margo et maintenant Le théorème des Katherine. Puis ce sera le tour de Gone Girl et dans la foulée Dark Places. Je dois également continuer Eragon (tome 1 lu il y a 2 ans ..) et finir la série Le chardon et le tartan (la série Outlander dont j’avais parlé ici). En bref, je suis occupée.

On se retrouve très vite (pour de vrai …) !

 

Films en vrac n°6

 

La voleuse de livres

Un film sur la Seconde Guerre Mondiale ? Je prend d’office. Un film qui parle de livre ? Je prend doublement d’office. Malheureusement, si le côté sur la Seconde Guerre Mondiale est très bien traité et offre une nouvelle vue sur cette période, à savoir le côté de la vie des civils allemands, le côté bouquin est très survolé.
On retrouve dans ce film Liesel, une jeune fille qui se fait adoptée par une famille allemande « bien comme il faut ». Elle ne sait pas lire mais son nouveau papa va lui apprendre le pouvoir des livres et des mots. Pouvoir qu’elle développera avec Max, un jeune juif que la famille va cacher. Oui mais ça s’arrête là. Certes elle emprunte des livres pour lui faire la lecture alors qu’il est malade mais ce sont des passages très très courts. Ce qui devrait être un échappatoire à la guerre n’est pas du tout exploité. Le film dure 2h10 et même si on ne voit pas le temps passé, on se rend compte qu’il ne s’est pas passé grand chose ce qui est assez paradoxal. Il reste cependant un bon film avec des personnages attachants et même si la fin est franchement cruelle, j’ai apprécié cette nouvelle excursion dans la Seconde Guerre Mondiale qui reste ma période d’histoire favorite.

Underworld : Nouvelle ère

Underworld 1 était plutôt un bon film, le 2 est regardable, le 3 ça devient lourd, avec ce 4ème opus, on touche littéralement le fond. En bref, les humains ont découvert la présences des vampires et des lycans et veulent les exterminer. Sélène se fait chopper, perd son copain et fais un gros dodo d’au moins 10 ans dans un laboratoire. Elle finit par se réveiller, s’enfuir mais va faire une rencontre inattendue (sauf pour nous).  Tant de nullité dans un film de seulement 1h30 j’ai rarement vu ça. Tout est à jeter : le scénario prévisible au bout de 10 secondes, les acteurs plus mauvais les uns que les autres, même Kate Beckinsale a l’air de se faire chier à être là, les effets spéciaux. Je ne sais pas quel est le but de l’histoire en réalité, on avance dans une histoire sans queue ni tête qui n’a aucune finalité. En bref, un film tellement médiocre que je ne regrette pas de l’avoir vu dans mon canapé.

Et (beaucoup) plus si affinités 

Si il y a bien une chose que j’aime dans le cinéma, et que j’assume, c’est bien les films romantiques. J’adore regarder ça, ça remplir mon petit coeur de bonheur et d’amour. Ce que j’aime encore plus, c’est les petits films romantiques peu connus. Celui-ci nous raconte la rencontre entre Wallace et Chantry. Ils ont l’air de se plaire, pour lui c’est déjà un coup de foudre mais il y a un hic : elle est en couple. Ils décident donc de rester amis et rien d’autre. On va donc suivre cette relation d’amitié touchante et même si on sait que cela n’a aucune chance de marcher et si on sait qu’ils vont forcément finir ensemble à la fin, moi j’adore découvrir les prémices des histoires d’amour, les regards, les mots doux, les combats intérieurs pour savoir si il faut piquer la copine d’un autre, les folies qu’on fait pour l’autre. Bref un film bien cucul mené par Daniel Radcliffe qui sait faire autre chose que le petit sorcier et par Zoe Kazan une actrice peu connue mais que j’adore tant elle est naturelle et à l’aise dans ses films. A voir que si on est un adepte du genre évidemment.

Sans titre 6

Big Hero 6

278188.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Synopsis : Un petit génie de la robotique nommé Hiro Hamada découvre qu’un complot criminel menace de détruire la ville de San Fransokyo. Avec l’aide de son plus proche ami, Baymax le robot infirmier, et de ses compagnons qu’il va transformer en une bande de superhéros high-tech, Hiro va tout faire pour sauver la ville et sa population de l’infâme Yokai… (source : allociné).

Je vais souvent à reculons voir les films d’animation. Même si certains me font changer d’avis, je n’accroche pas plus que ça et celui-ci n’a pas fait exception, j’y suis allée sans grande conviction.

Mais je sais m’avouer vaincue (parfois) car Big Hero 6 est une petite merveille comme Disney sait si bien faire. L’histoire est ultra simple mais n’oublions pas que nous sommes sur un film d’animation pour enfants. Mais on se laisse emporter tellement facilement par le scénario bien ficelé que le temps passe à une vitesse folle. Tout est bien dosé : l’action, la réflexion (l’avancée technologique, la mort etc …) mais aussi l’humour. J’ai franchement rigolé comme une gamine.

L’univers est plus que cool, ce mélange de San Francisco et Tokyo, super-héro et manga, Japon authentique et robotique en puissance, tout ceci fonctionne parfaitement. Et puis Baymax quoi, tout simplement génial, touchant, on en veut tous un chez soi maintenant.

En conclusion, Big Hero 6 est un film pour les enfants ET pour les adultes. Un Disney en puissance qui prouve qu’ils savent se renouveler en proposant un film d’animation d’actualité qui fait réfléchir, qui fait rire, qui touche, qui nous fait passer un super-moment.

Films en vrac n°5

Hippocrate

La bande annonce de ce film m’avait plutôt tentée mais pas assez pour aller m’enfermer dans une salle obscure. Et quelle bonne idée tant ce film est dénué d’intérêt. L’acteur principal étant peut-être la cause direct de cet échec, le pauvre ayant le charisme d’une moule, j’ai souffert tout le film de le voir si inexpressif et si mou. Les acteurs secondaires ne sont pas non plus très intéressants mais pour le coup, surtout car ils ne sont pas du tout exploités. L’histoire en général retrace les débuts d’un jeune interne dans un hôpital. Beaucoup de clichés, beaucoup de lourdeurs et pas mal d’ennui. Le sujet principal qui est l’erreur de diagnostic et l’arrêt des soins n’est pas très bien traité alors que c’est justement ce qui m’avait attiré au départ. En conclusion, une occupation d’1h40 et c’est tout.

#Chef

Dernier film de Jon Favreau que j’apprécie beaucoup en tant que réalisateur mais aussi acteur et ici il porte les 2 casquettes. Chef nous raconte l’histoire d’un chef (sans déconner ?) qui n’est pas épanoui dans le restaurant où il bosse car sa créativité est mise à rude épreuve. Après avoir perdu son boulot, il se lance dans une nouvelle aventure, celle du food truck. Il va alors entreprendre un voyage avec son meilleur ami et son fils avec qui la relation est assez compliquée. Bon film ou mauvais film ? Je ne saurais pas dire. Il est certain que j’ai passé un joli moment, c’est le genre de film qui donne envie de tout plaquer pour réaliser ses rêves, la nourriture est très bien mise en avant et on bave pendant 2h. Le casting est sympa, on retrouve des têtes connues et des valeurs sûres. Le film traite également de la mise en avant actuelle des réseaux sociaux et c’est intéressant. La relation avec le fils est par contre très clichée et prévisible. En conclusion, le film est sympa mais pas transcendant.

Yves Saint Laurent

Ceux qui ne le savent pas encore, je suis une grande fan des biopic et c’est donc avec grand plaisir que j’ai visionné l’un des 2 sur Yves Saint Laurent sortis récemment. Celui-ci est disons le biopic « officiel », il a été réalisé en accord avec Pierre Bergé contrairement au second film. Le film retrace l’ascension de YSL ainsi que sa rencontre et collaboration toute sa vie avec ce dernier. Le film est vraiment bien réalisé et retrace parfaitement les grands moment de sa carrière ainsi que ses démons intérieurs et surtout l’histoire avec l’amour de sa vie, Pierre Bergé. La force du film c’est évidemment Pierre Niney (que je n’avais pas reconnu à la base), il est fantastique dans son rôle, il incarne un YSL à la perfection. Guillaume Gallienne est également génial, ils transportent le film à eux 2. Yves Saint Laurent est un très bon biopic qui dégage beaucoup d’émotion.

Sans titre 5

Le Hobbit : la bataille des 5 armées

382687.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Synopsis : Atteignant enfin la Montagne Solitaire, Thorin et les Nains, aidés par Bilbon le Hobbit, ont réussi à récupérer leur royaume et leur trésor. Mais ils ont également réveillé le dragon Smaug qui déchaîne désormais sa colère sur les habitants de Lac-ville. A présent, les Nains, les Elfes, les Humains mais aussi les Wrags et les Orques menés par le Nécromancien, convoitent les richesses de la Montagne Solitaire. La bataille des cinq armées est imminente et Bilbon est le seul à pouvoir unir ses amis contre les puissances obscures de Sauron. (source : allociné)

A peu près après la Terre entière, j’ai enfin vu Le Hobbit. Et j’ai envie de dire : ENFIN FINI.  Avant de tirer un bilan de cette aventure catastrophique, parlons de ce dernier opus.

L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée à la fin du 2 c’est à dire que Smaug sort de la montagne pour aller attaquer Lacville. A la réflexion le découpage des films est un peu étrange puisque cette partie avec le dragon doit durer 10 minutes à tout casser alors qu’on en bouffe pendant des heures dans le 2. Il aurait été plus judicieux d’en finir avec le dragon dans le 2 et débuter le 3 avec la bataille. Mais dans tous les cas, cela n’aurait pas empêché l’ennui mortel dans lequel j’ai été plongée pendant 2h24.

Pourquoi de l’ennui ? Je ne saurai même pas l’expliquer précisément puisqu’il y a de l’action du début à la fin mais trop d’action tue l’action. Ça ne s’arrête jamais et c’est ultra lourd, j’ai fini par m’ennuyer et à regarder l’heure plusieurs fois.

Pour le coup, le point positif c’est que par contre l’histoire est plutôt bien respectée par rapport au livre à part cette FOUTUE histoire d’amour entre le nain et l’elfe (qui n’existe même pas en vrai rappelons-le) mais bref passons. Malgré quelques détails comme le fait que les 5 armées ne sont pas tous à fait exactes ou encore l’absence totale de Beorn, on retrouve enfin le vrai déroulement du bouquin.

Comme côté positif c’est … à peu près tout.

Peter Jackson a vendu son âme avec cette trilogie semblable à un jeu vidéo avec des effets spéciaux qui donnent envie de vomir, des personnages invincibles qui réalisent des actions complément irréalistes et juste dégueulasses, des personnages secondaires inexploités, des pans du scénario complément bâclés (par exemple tout ce qui tourne autour de Sauron), des clins d’œils là juste pour faire plaisir aux fans (regardez une photo de mon fils Gimli, hey Legolas si tu allais voir un guguss nommé Grand-Pas et j’en passe …).

On est très très loin du Seigneur des Anneaux, on est loin de la beauté et de la poésie qu’il avait réussi à nous offrir. On est loin du temps où un grand film ne se résumait pas aux nouvelles technologie et à la course à l’argent.

En conclusion, allez lire le livre et allez découvrir un univers qui méritait tellement mieux que ce que nous avons subi ces 3 dernières années.

 

The return ? Again ?

29 novembre 2014 : dernier article écrit ici. Vous me croyez si je vous dis que je suis la reine de la procrastination ? J’ai a peu près 4 articles en brouillon, des articles commencés, des articles bien entamés, j’ai même des tas d’articles dans ma tête mais la flemme est très puissante chez moi.

Tout ça pour dire, quoi de neuf chez moi ?

World of Warcraft

Non je n’ai pas oublié qu’une extension est sortie il y a peu et oui je sais je n’ai rien écrit sur le sujet. Où sont passées mes chroniques ? tout simplement je n’ai pas eu le même rythme que les précédentes extensions. Pour la première fois depuis que je joue à WoW, je bossais au moment de la sortie et je n’ai pu faire que des petites sessions de jeu pour up. Résultat, écrire les chroniques au compte goutte m’a vite soulée et résultat j’ai plus rien écrit. Du coup petit bilan ?

Fait important pour commencer : grand ménage au niveau de mes personnages parce qu’une quinzaine de rerolls dont 4 paladins ça va bien 5 minutes. Résultat :

-Ma mage (100) reste mon main évidemment mais elle a migré d’Arathi, changé de faction et changé de nom.
-Ma palaret (91) l’a suivie.
-Ma hunt (92) également.
-Ma palatank sur Kirin Tor a été up 100 et restera où elle est pour le moment.
-J’ai supprimé ma prêtresse sur Arathi et je l’ai remonté sur mon nouveau serveur et est actuellement 92.
-J’ai supprimé ma palatank côté alliance sur Arathi mais j’ai gardé celle côté horde parce qu’elle est ingénieur et je refuse de remonter ce métier ^^.
-J’ai supprimé des vieux rerolls inférieurs au niveau 20.
-Il me reste sur Arathi ma drood, ma chaman, ma guerrière et ma moine qui seront migrées par la suite. J’ai également une DK 90 sur le nouveau serveur.

J’ai donc up ma mage assez rapidement mais pas trop quand même. Comme d’habitude, j’ai pris le temps de bien clean les zones pour obtenir les hauts-faits et également toutes les quêtes bonus. En général je dirais que j’ai apprécié toutes les zones à l’exception de Gorgrond que je trouvé profondément ennuyeuse. Le background est vraiment intéressant et les zones méritent qu’on s’y attarde. Autre point positif, le fief : une fonctionnalité vraiment sympa qui permet de s’occuper puisqu’il y a toujours quelquechose à faire entre les invasions, les quêtes, les journalières, les métiers, les récoltes, les bâtiments, les sujets à up etc … En parlant de métier, c’est un bien un des rares points négatifs de cette extension. Je trouve le principe pour les up plus que lourdingue. Les recettes pour up sont rares et je n’ai jamais aussi peu utiliser ma couture tant les patrons sont inutiles et chiant à craft. Je met cependant un point d’honneur à toujours avoir mes métiers up à fond, à ce jour il ne me manque que l’archéologie.

Mais le point le plus important c’est que pendant un temps j’ai pu reprendre les raids. J’avais en effet rejoint une guilde que j’ai malheureusement quitté pour des raisons personnelles. Mais en tout cas, j’ai pu faire tous les boss sauf le last à Cognefort en normal et le premier en héro. C’est certes peu par rapport à certains mais je suis contente d’avoir pu re-goûter aux joies du PVE et putain ça m’avais manqué.

Aujourd’hui, je joue plus trop parce que l’envie n’était pas présente, le temps non plus mais comme toujours, cela reviendra en temps voulu.

Hearthstone

Mon autre grande occupation du moment. Addiction serait bien le bon terme malgré le fait que je sois une très mauvaise perdante et que les insultes fusent à chaque fois que je joue, je ne peux pas m’en empêcher, j’y reviens sans cesse. Très nulle au départ, je pense que j’ai réussi à grandement m’améliorer. Même si je n’ai pas encore tous les bons réflexes et que parfois ma logique laisse à désirer, je pense réaliser de bonnes parties. Depuis peu, je joue un deck mage que j’apprécie plus de jour en jour et grâce auquel j’ai pu atteindre le rang 16 (Bonjour le changement de saison à minuit alors que j’allais passer 15).

Autre

J’ai un peu repris Diablo ces derniers temps, j’avais acheté Reaper of Souls en promo il y a quelques temps mais je me suis décidée à vraiment jouer que maintenant. J’ai recommencé une croisée et j’ai repris en main ma moine, 2 classes complément cheatées qui permettent de se défouler.

Assassins Creed Unity avance doucement mais sûrement. J’aurais préféré y jouer sur console mais je ne suis pas encore à l’heure de la next gen et n’étant pas sorti sur PS3, je me suis rabattue sur la version PC.

SWTOR a été réinstallé très récemment et je pense m’y remettre sérieusement (le marathon SW du nouvel an a fortement influencé mon esprit).

Enfin, aujourd’hui j’ai fait l’acquisition de « Life is Strange » sur PC. J’en ai entendu que du bien et c’est tout à fait le genre de jeu que j’adore donc vous retrouverez très certainement la critique par ici prochainement.

Cinéma

Je ne vais pas vraiment au cinéma ces derniers temps alors je me rattrape en regardant les films chez moi. La liste de ce que je dois voir frôle la trentaine et j’ai donc beaucoup beaucoup de boulot. A venir aujourd’hui, la critique du Hobbit + des films en vrac.

IRL

Du changement à venir. Des résolutions 2015 ? Geeker encore plus et être plus présente par ici.

A bientôt !